Auteur Sujet: Joe Hisaishi  (Lu 2334 fois)

Hors ligne JFK

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 85
    • Voir le profil
    • http://www.clcpafctheo.fr.st
Joe Hisaishi
« le: 23 décembre, 2004, 13:40:40 »
Introduction

Le voyage de Chihiro' est ce genre de film/musique qui nous faire rêver, qui permet de nous évader, de découvrir autre chose, quelque chose de plus beau, de plus neuf, de plus apaisant, quelque chose qui, au final, nous fait comprendre que la vie est vraiment belle, car si elle ne l'était pas, pourquoi d'aussi belles musiques existeraient alors?

[size=8]Quentin Billard (à propos de la musique du Voyage de Chihiro)[/size]

Joe Hisaishi est un de ces compositeurs exceptionnels qui ont marqué la musique de film. Quiconque a vu un film d’Hayao Miyazaki (Laputa-Le château dans le ciel, Princesse Mononoke, Porco Rosso, Le voyage de Chihiro…) a entendu les mélodies enchanteresses de ce compositeur hors du commun. Ecouter une ½uvre de Joe Hisaishi, c’est entrer dans un monde poétique et plein de finesse. Voici ici une brève biographie de l’auteur ainsi qu’une petite revue sur son ½uvre.

Biographie

Joe Hisaishi, Mamoru Fujisawa de son vrai nom, est né le 6 décembre  1950 à Nagano. Il est très jeune passionnée de musique, puisque il commence à 4 ans déjà le violon. Après des études de composition, il commence en 1974 sa carrière professionnelle avec des petites productions. Il commence de lancer en parallèle des événements musicaux en créant sa propre troupe de musiciens. Son premier album, Mkuwaji, sort en 1981.

En 1984, sa carrière prend véritablement un grand essor en composant la musique de Kaze No Tani No Naushika (Nausicäa de la vallée du vent), ½uvre réalisée par le célèbre Hayao Miyazaki. Commence alors entre les deux hommes une longue suite de collaborations, toutes plus fructueuses les unes que les autres. Il fait également la rencontre de la star (au Japon) Takeshi Kitano, peut être le plus célèbre réalisateur nippon (je ne connais de lui que Zatoishi…et la musique n’est pas de Joe). Concernant la musique de film, il composera en 2001 sa première ½uvre pour un film étranger avec le score du Petit poucet.

Bien qu’il soit surtout connu comme compositeur de musique de film, Joe Hisaishi a également une longue carrière de musicien soliste et a beaucoup composé de musique dite « contemporaine ». Fan incontesté du piano, surtout parce qu’il convient bien à son style parfois dépouillé, il joue souvent comme soliste. Enfin, il a créé en 1988 son propre label musical, afin de rester libre et maître de son ½uvre.

"Bibliographie"

http://goldenscore.free.fr/accueil.php
http://www.joehisaishi.net/

 
Ich bin ein Berliner

Hors ligne JFK

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 85
    • Voir le profil
    • http://www.clcpafctheo.fr.st
Joe Hisaishi
« Réponse #1 le: 23 décembre, 2004, 13:50:11 »
Bon...je commence à présenter les musiques de Joe Hisaishi. Pour mon premier essai, j'ai décidé de vous parler du château dans le cil en présentant tous les morceaux l'un après l'autres...dites moi ce que vosu en pensez...

Laputa, The castle in the sky


Laputa est un film d’animation qui a été réalisé en 1986 par Hayao Miyazaki. Le film n’est sorti en France que récemment. C’est la première ½uvre de Miyazaki que j’ai vu, et c’est un petit bijou.
L’histoire est basée sur la légende de Laputa, l’île volante qui apparaît dans les Voyages de Gulliver de Johnathan Swift (un livre que je vous recommande par ailleurs). On y retrouve la princesse Sheeta et le jeune Pazu, poursuivis par des pirates de l’air et de méchants militaires car tous veulent retrouver Laputa et son trésor légendaire… L’histoire est très sympathique avec des images sublimes et bien sûr une musique magnifique.
Hisaishi retrouve donc en 1986 Hayao Miyazaki et entame sa deuxième collaboration avec lui pour signer un score très beau, très poétique et émouvant.  Le thème principal du film apparaît dès le premier morceau (The girl who fell from the sky) à travers le registre des cordes. Le film commence de la plus belle des manières qui soit. Le thème…que dire sinon qu’il et magnifique, plein de sensibilité et très léger. Comme  toutes les grandes mélodies, on l’a bien dans l’oreille dès la première écoute et on ne l’oublie plus jamais.
Avec A morning of the slag ravine, une introduction qui va se faire entendre plus loin dans le score amène à la découverte de la petite civilisation des mineures à travers un passage qui me fait penser au Morning de Edward Grieg. S’ensuit une petite mélodie à la trompette (jouée dans le film par Pazu) qui sonne le réveil pour les mineurs.
Le 3e morceau, A fun brawl, décrit de manière assez humoristique les malheurs des pirates qui veulent attraper les enfants. Il y a un côté léger et un peu forain, surtout grâce à l’utilisation des trombones et du tuba dans une sorte de marche fort sympathique (au moment où un pirate doit se battre contre un mineur). Puis la musique s’accélère au moment où la course poursuite commence entre les différents protagonistes.
Memories of Gondoa  se veut beaucoup plus mystérieux et nostalgiques, alors que la princesse Sheeta parle de son enfance. Puis le score devient plus dramatique alors que les enfants se retrouvent à nouveau en danger. Lemorceau suivant, Discouraged Pazu est vraiment un très bon moment avec de nombreuses allusions au thème principal, et l’on ressent bien la tristesse du garçon qui doit partir tout seul chez lui.
S’ensuit un morceau très caractéristique (Robot soldier). Le robot de Laputa trouvé par les militaires est montré à la princesse. Mais la pierre qu’elle porte comme collier le réveille et il provoque « quelque » dégâts dans la caserne. Je trouve que ce morceau là a mal vieilli, peut être à cause de son emploi un peu kitsch des synthé…La pièce se finit avec l’arrivée des pirates au secours de la princesse.
La 7e piste, Carrying you en version chorus reprend le générique de fin, mais chanté par un ch½ur. C’est bien sûr un plaisir que d’entendre à nouveau le thème principal du film, surtout qu’il y paraît encore plus mélancolique que dans sa première apparition. S’ensuit un moment encore plus poétiques (mais oui c’est possible) avec Sheeta’s decision, un morceau très célèbre du score où le piano a la vedette (à noter que c’est pratiquement toujours  Joe Hisashi qui joue lui-même tous les passages de piano). Il nous offre ici une musique très relaxante et quasiment magique.
Le morceau suivant, On the tiger moss, et beaucoup plus joyeux et très typique du compositeur (certains passages de Porco Rosso lui ressemblent étrangement) et c’est l’occasion pour nous de s’habituer un peu à la vie sur le dirigeable des pirates (qui ne sont pas si méchants que ça). Vers la fin, un passage est carrément burlesque et me fait penser à un passage du Carnaval des animaux de Camille St-Saens (mais je sais plus lequel).
Avec An omen to ruin,  la musique reprend la mélodie associée au réveille du robot et une teinte plus kitsch par la même occasion. The sea of cloud under the moonlight porte très bien son nom je trouve car on retrouve le thème principal avec une teinte comme toujours très poétiques. Décidément, on ne se lasse jamais d’écouter cette si belle mélodie. La musique se situe au moment où les deux enfants discutent au sommet du dirigeable (un très joli passage).
Le 12 morceau, Laputa : the castle in the sky, est vraiment un de mes préférés. Il illustre la découverte de l’île volante de Laputa. On retrouve un petit ostinato (issu de la piste 2) avec une certaine tension liée à la joie de  cette découverte qui va exploser en une belle partie triomphante. Puis petit à petit, la musique se calme pour laisser place aux premières impressions de ce lieu si étrange. Le thème de Sheeta’s decision  revient dans une orchestration plus grande qu’un simple piano et de manière plus extravertie.
The collapse of Laputa, ne fait « que » reprendre le thème dans un ch½ur d’enfants a cappella. C’est un moment très beau du film, cette musique qui paraît plus nostalgique que jamais avec les images de la destruction de l’île. Cette 13 piste est vraiment un véritable bijou, car malgré une écriture sobre, l’émotion est très forte.
Le film arrive à son terme avec les retrouvailles entre Pazu, Sheeta et les pirates. Tout le monde est content, on se promet de se revoir… C’est sur cette note positive que commence Carrying you, dans une introduction festive typique de Hisaishi pour enfin enchaîner sur le « end credit », la chanson carrying you, reprise par  une voix solo, dandis  qu’on voit les restes de Laputa errer librement dans les cieux…
« Modifié: 23 décembre, 2004, 13:51:45 par JFK »
Ich bin ein Berliner

Hors ligne eärwen

  • Ex-conseiller
  • ****
  • Messages: 990
    • Voir le profil
Joe Hisaishi
« Réponse #2 le: 16 janvier, 2005, 16:55:08 »
Honte à moi, je n'avais pas vu ton topic JFK  :unsure: Heureusement que tu en as parlé dans le sujet sur Miyazaki  :rolleyes:

Du très bon travail JFK !!  :D C'est une très bonne idée d'avoir "décortiqué" tous les morceaux, en fait, comme j'adore cette b.o, je ne peux qu'être d'accord  :ange:  ^^

Tu as tout à fait raison, le thème principal du film est vraiment magnifique... Quand je l'écoute, j'ai l'impression que tout va mieux, "note de positivité dans ce monde de brute..." :)
Le reste de l'album, rien à redire de particulier si ce n'est que je n'aime pas trop Robot soldier et An omen to ruin.
Carrying you, Discouraged Pazu, Sheeta's décisions et bien sûr Laputa sont mes préférés...
Je ne regrette vraiment pas d'avoir acheté ce cd !!

Conclusion => Je le recommande fortement !!   :eye: :wub:  :wub:
Statut : perdue dans le vide intersidéral --" Mais je ne vous oublie pas pour autant :)

Hors ligne shadowfax

  • Membre vénérable
  • ****
  • Messages: 630
    • Voir le profil
    • mes fics
Joe Hisaishi
« Réponse #3 le: 16 janvier, 2005, 17:54:36 »
moi je me suis dit qu'il faudrait que j'envisage de me procurer touts les BO composees pr le susdit compositeur! j'ai deja celles de princesse mononoke et du voyage de chihiro a¥qui sont vraiment bien. :wub: je pense que je ne vais non plus tarder a acheter celle du chateau ambulant :ange:

"J'avais trouvé ma religion, rien ne me parut plus important qu'un livre"J.-P. Sarte, les mots
statut : en route pour un 4ème semestre !

Hors ligne JFK

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 85
    • Voir le profil
    • http://www.clcpafctheo.fr.st
Joe Hisaishi
« Réponse #4 le: 17 janvier, 2005, 17:38:35 »
Citer

Le reste de l'album, rien à redire de particulier si ce n'est que je n'aime pas trop Robot soldier et An omen to ruin.

 
Moi non plus je n'aime pas beaucoup ces morceaux...par contre faudra que 1 je voie et 2 écoute le château ambulant
Ich bin ein Berliner

Hors ligne Celebriniel

  • Ex-conseiller
  • ****
  • Messages: 610
  • Elfe de Lothlorien
    • Voir le profil
Joe Hisaishi
« Réponse #5 le: 17 janvier, 2005, 18:37:11 »
C'est un très bon article JFK, bravo!  :P

La musique de Joe Hisaishi est tout simplement... sublime!  :wub:
Je n'ai aucune BO, mais j'ai vu la plupart des films de Hayao Miyazaki, et je me souviens avoir adoré la musique! Je la trouve reposante par moments, majestueuse à d'autres, dans tous les cas elle est superbe!  ;)  :D  

Hors ligne Tintallë

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 174
    • Voir le profil
    • l'Archipel des Peuples Perdus
Joe Hisaishi
« Réponse #6 le: 05 février, 2005, 11:49:06 »
Moi j'adore (et admire!) :wub: le travail de Joe Hisaishi. Les OSTs (BOs) sont vraiment magiques, magnifiques !  

Hors ligne Galadriel

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 120
    • Voir le profil
    • http://ahoj.skyblog.com
Joe Hisaishi
« Réponse #7 le: 08 février, 2005, 19:59:27 »
Moi je n'ai aucune BO chez moi, ce qui ne m'empeche pas d'adorer la musique quand je regarde les mangas de Miyasaki ...
Il faudra peut etre que je pense a me les procurer ces Bo ... ^^  
A Dwidordene, en Lorien,
Rarement se sont posés des pieds d'Hommes,
Peu d'yeux mortels ont vu la lumiere,
Qui là règne toujours, durable et brillante.
Galadriel ! Galadriel !
Claire est l'eau de ta source;
Blanche est l'étoile dans ta blanche main :
Sans altération, sans tache sont la feuille et la  terre                                                                        
A Dwimordene, en Lorien,
Plus belle que les pensées des Hommes Mortels.