Auteur Sujet: [B] Victor Hugo  (Lu 2585 fois)

Hors ligne eärwen

  • Ex-conseiller
  • ****
  • Messages: 990
    • Voir le profil
[B] Victor Hugo
« le: 16 septembre, 2004, 19:29:11 »
Victor Hugo :

------> Sa Biographie (1802-1885) :

"Un esprit qui marche de lueur en lueur [...], et qui s'arrête éperdu - au bord de l'infini"

Victor Marie Hugo voit le jour le 26 février 1802 à Besançon, dans l’est de la France.
Fils d’un général de Napoléon (Joseph Léopold Sigisbert Hugo) et de Sophie Trébuchet, il choisit, dans un premier temps, de suivre son père en campagnes, ce qui l’entraînera en Italie, …, et en Espagne d’où il deviendra page du Roi Joseph.
Puis, vers l’âge de onze ans, il s’en retourne vers sa mère dans la belle ville de Paris.

Sa mère n’étant pas « à cheval » sur les principes d’éducation, Victor doit s’élever seul. Il lit tout ce qui vient à lui tomber sous la main, il se passionne pour l’écriture et les mathématiques, et en vient à l’âge de quinze ans, à se présenter à l’école de Polytechnique. 

Après s’être essayé à la tragédie (Irtamène), puis une pièce Les avantages de l’étude récompensé par l’Académie Française en 1817, Victor Hugo comprend que sa place se trouve dans le domaine littéraire, et abonne donc les mathématiques.
En 1822, il sort Les Odes puis reçoit une pension de 2000 francs de la part du Roi.
La même année, il épouse Adèle Foucher, son amour de jeunesse qui lui donnera cinq enfants.

Lors de l’année 1829, Victor Hugo consacre son temps à ses romans (Han d’Islande, Bug-Jargal), au théâtre (Amy Robsart), aux journaux (Le Conservateur littéraire)…
A la même époque, il est le « chef » d’un groupe de jeunes écrivains : Le Cénacle.
En 1828, il écrit Marion de Lorme qui sera interdit par la censure, puis en 1830, Hernani.
Son premier roman historique Notre Dame de Paris est un succès et V. Hugo continue sur sa lancée ; Marie Tudor (1833), Ruy Blas (1838), Les feuilles d’Automne (1831), les Chants du Crépuscule (1835), les Rayons et les ombres (1840)

En 1843, un événement tragique va changer le cours de la vie de Victor Hugo. Sa fille Léopoldine disparaît dans les eaux de la Seine. Hugo entame alors une carrière politique.
Elu à l’Académie Française en 1841, Victor Hugo est nommé en 1845 pair de France.  Puis 3 ans plus tard, il est élu député de Paris à  l’assemblée constituante. Il fonde par la suite le journal L’événement pour préparer sa candidature à la présidence de la République….

Malheureusement pour lui, il ne sera que peu soutenu et n’atteindra pas la présidence. Cela dit, il fut réélu député de Paris et se distingua comme anti-clérical (Loi sur l’enseignement).
Le 2 décembre 1851, Hugo rejoint un mouvement de résistance et doit prendre l’exil.

De là, il se retrouvera à Jersey, en Belgique, à Guernesey et ne rentra en France qu’en 1870. C’est durant cette période d’exil qu’il publia Napoléon le Petit, Les Contemplations (1856), Les Misérables(1862), une étude critique sur William Shakespeare, Les Travailleurs de la Mer en 1866, etc. .

« Quand la liberté rentrera, je rentrerai. »
Guernesey, 1859

Victor Hugo assiste (mais ne participe pas) au siège de 1870 ainsi qu’à la guerre civile de 1871 (Commune de Paris) qui lui inspirèrent un recueil de poésies L’année Terrible. En 1877, il publie L’art d’être grand-père, et Les quatre vents de l’esprit. Rédigées de 1849 jusqu'à son dernier souffle en 1885, les Choses vues feront l'objet d'une édition posthume.

C’est au milieu de « la Saison des Rose » que s’éteint Victor Hugo, le 22 mai 1885. Son corps fut déposé au Panthéon, après les funérailles les plus magnifiques que la France ai vu depuis Mirabeau.

« Aux Grands Hommes, la Patrie reconnaissante », la devise d’Hugo qui s’applique parfaitement à ce grand homme qu'il fut, et à celui qui partagera sa demeure pour l’éternité : Emile Zola.

"Le vieillard regardait le soleil qui se couche ;
Le soleil regardait le vieillard qui se meurt."
:clover:

Ainsi s'éteint Victor Hugo.  
« Modifié: 19 avril, 2007, 13:37:08 par eärwen »
Statut : perdue dans le vide intersidéral --" Mais je ne vous oublie pas pour autant :)

Hors ligne eärwen

  • Ex-conseiller
  • ****
  • Messages: 990
    • Voir le profil
[B] Victor Hugo
« Réponse #1 le: 16 septembre, 2004, 19:42:40 »
------> Sa Bibliographie :
J'ai dû faire un choix sinon la liste serait longue... Encore plus longue ^^
Pour la liste complète, rendez-vous sur cette page : Oeuvre de V. HUGO

Bug-Jargal (1826)
Les Orientales (1829)
Le Dernier jour d'un condamné (1829)
Hernani (1830)
Notre-Dame de Paris (1831)

Marion Delorme (1831)
Les Feuilles d'automne (1831)
Le Roi s'amuse (1832)
Marie Tudor (1833)
Les Chants du crépuscule (1835)

Les Rayons et les ombres (1840)
Napoléon le Petit (1852)
Les Châtiments (1853)
Les Contemplations (1856)
Les Misérables (1862)

William Shakespeare (1864)
Les Travailleurs de la Mer(1866)
L'Année terrible (1872)
Mes Fils (1874)
L'Art d'être grand-père (1877)

L'Âne (1880)
Les Quatre vents de l'esprit (1881)
Torquemada (1882)
La Légende des siècles - Tome III (1883)
L'Archipel de la Manche(1883)

++ Oeuvres posthumes :

La fin de Satan (1886)
Choses vues - 1re série(1887)
Toute la lyre (1888)
Alpes et Pyrénées (1890)
Dieu (1891)

Correspondances - Tome I (1896)
Correspondances - Tome II (1898)
Les années funestes (1898)
Dernière Gerbe (1902)
Océan. Tas de pierres (1942)
Pierres (1951)


« Modifié: 19 avril, 2007, 13:40:08 par eärwen »
Statut : perdue dans le vide intersidéral --" Mais je ne vous oublie pas pour autant :)

Hors ligne Eleglin

  • Conseil d'administration
  • ******
  • Messages: 3731
    • Voir le profil
    • Les Archives de Gondor
[B] Victor Hugo
« Réponse #2 le: 02 octobre, 2004, 17:45:34 »
J'ai lu quelques oeuvres de Victor Hugo :
  • Les Misérables
[..]tant qu'il y'aura sur la terre, ignorance et misère,
des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles.

Les Misérables - exergue.


Je crois qu'il y'a très peu d'oeuvres qui peuvent se vanter d'une telle richesse, d'une telle profondeur. C'est vraiment pour moi, LE chef-d'oeuvre de Victor Hugo. Et combien en a t-il écrit, pourtant !

Il y'a tout dans ce livre : On y descend aux plus profonds abîmes de la misère, dans les égoûts les plus sombres puis on remonte à l'air libre, avec la Croix du "Misérable" sur le dos. Beaucoup de choses se résument à la beauté de cet ancien forcat en rupture de ban, avec ce jeune homme sur son dos, son rival presque, à qui il sauve la vie.

On est ému devant la misère des gens de cette époque et on est horrifié en voyant l'injustice d'un système.
« Avoir faim, avoir soif, c'est le point de départ ; être satan, c'est le point d'arrivée. »
Le misérable est digne de pitié, et non blamâble. c'est l'indigence et l'ignorance qui poussait les gens à "violer les lois". Et pourquoi ? Jean Valjean vole du pain pour sa famille, Fantine se prostitue par amour maternelle... C'est la fatalité humaine, l'asphyxie sociale.
Ce sont des romans comme Les misérables qui racontent l'histoire des hommes et nous font se rappeler que les droits du peuple n'ont pas été acquis directement. Victor Hugo n'a jamais été socialiste, et poutant son oeuvre est inspirée par un véritable engagement social.

Il y'a tout dans ce roman : l'amour avec Cosette, le roman noir avec Thénardier, l'Histoire avec la croisée de tous ces destins sur fond d'évenements politiques et la philosophie, la foi et cet élan généreux et optimiste qu'on ne retrouve que chez Victor Hugo !

Les Misérables n'est jamais posé bien loiin de moi, sur ma table de chevet.  ^^
  • Le dernier jour d'un condamné
V.Hugo donne la parole à un condamné à un mort, à travers le journal qu'il tient, de son procès à son éxécution. La cause de la condamnation n'est jamais donné et cela permet d'accentuer l'idée qu'une condamnation à mort, c'est aussi la mort d'un être humain... Une remise en cause de la peine de mort..  ;)
« Modifié: 02 octobre, 2004, 17:46:14 par Gandalf Le Gris »

Hors ligne eärwen

  • Ex-conseiller
  • ****
  • Messages: 990
    • Voir le profil
[B] Victor Hugo
« Réponse #3 le: 09 octobre, 2004, 18:36:18 »
Citer
Je crois qu'il y'a très peu d'oeuvres qui peuvent se vanter d'une telle richesse, d'une telle profondeur. C'est vraiment pour moi, LE chef-d'oeuvre de Victor Hugo. Et combien en a t-il écrit, pourtant !
Je suis parfaitement d'accord avec toi Gandalf. J'ai lu ce livre au collège, en 5ème je crois et je me souviens que je l'avais trouvé très dur.
Avec le temps, j'ai grandi (normal me direz-vous :P :lol:) et je me suis rendu compte que ce livre est bien plus que de simples pages ...
C'est une "étude" de la vie, de la condition humaine. Révèlez ce qu'il y a pire en l'homme et vous en découvrirez aussi le meilleur.

Comment ne pas plaindre Jean Valjean pour ce qu'il subit ? Dans le même principe, comment ne pas être heureux pour lui lorsqu'il adopte Cosette ? Deux coeurs, deux êtres malheureux qui vont se soigner mutuellement de leurs blessures...

Comment ne pas admirer et vouloir tout faire pour aider Fantine ? Pauvre femme qui donnerait sa vie pour sauver son bien le plus précieux, son enfant. Admirable et si émouvant..

Comment ne pas hair les Thénardiers pour tous ce qu'ils font à Cosette, indirectement à Valjean, à Eponine, à Gavroche... Mais d'une certaine manière, ils ne font que "dénoncer" le pire qui puisse exister chez l'homme à contrario de Jean Valjean  :rolleyes:

La même année de ma lecture des Misérables, j'ai participé à la chorale de mon collère qui mettait justement en scène cette oeuvre magnifique.
J'étais déguisée en ... hum  .... Gavroche :fear: (sans commentaires merci :ange:  :lol:) et je pense que, d'un certain point de vue, j'ai d'autant plus "compris" la profondeur de ce livre.  Je ne sais pas si je suis très claire mais j'ai un peu de mal à l'exprimer par des mots :rolleyes:  ^^

Bon, je m'arrête là sinon je vais écrire un véritable pavé  :P  Quoi qu'il en soit, Les Misérables est une oeuvre vraiment à part, qui reflète parfaitement le génie de Victor Hugo.      
Statut : perdue dans le vide intersidéral --" Mais je ne vous oublie pas pour autant :)