Auteur Sujet: Le ''look'' et les vêtements dans SDA  (Lu 30191 fois)

Hors ligne Glorfindel

  • Conseil de modération
  • ******
  • Messages: 1686
    • Voir le profil
Re : Re : Le ''look'' et les vêtements dans SDA
« Réponse #100 le: 07 mars, 2006, 18:52:22 »
Une armure représente également le style martial de son porteur (ça se dit ? <_<).

Oui ça se dit

Par exemple les Ourouks à Helm ont une armure métallique uniquement sur le devant, ils ne sont conçus que pour avancer...

Ceci est vrai pour le SdA, mais pas dans la réalité.
Comme l'a si bien dit Sun Tzu dans l'art de la guerre ( ou à peu près ): un plan aussi bon  soit-il, survit rarement au premier engagement.

En d'autre terme, tu charge  comme un débil mental pis tu te retrouve malencontreusement au milieu de tes adversaires alors que dans topn magnifique plan de bataille ceux-ci se débandaient. Et ils te massacrent car tu n'a que le plastron de devant. Bravo pour la stratégie.

Oui c'est un sarcasme, je sais bien que tu ne le ferai pas car tu le sais que ce ne serait pas très fort. Le type d'armure doit être adapté à ton rôle dans la bataille mais cela ne veut pas dire que tu dois y aller avec une "demi" armure

Sinon dis le moi que je sois tonadversaire et pas ton allié  ;)  :siffle:
Modérateur des Forums

Hors ligne Dana

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 166
  • Federal Burault of Moderating
    • Voir le profil
Re : Le ''look'' et les vêtements dans SDA
« Réponse #101 le: 08 mars, 2006, 11:43:02 »
Loin de moi l'idée de charger sabre au clair, je suis trop mauvaise cavalière  :D, ou alors on charge au trot relevé :siffle:.

Mon style stratégique ? Hmmmmm, je ne saurais vous expliquer mais voici deux exemples qui j'espère vous aiderons.

GOUFFRE DE HELM

Un classique du "dernier bastion" qu'on défend à 1 contre 100 (voire plus...). Dans pareil cas l'idéal serait de tenir suffisemment longtemps, de forcer l'ennemi à négocier pour épargner ses troupes (comme dans Kingdom of Heaven).

Dans le cadre de Helm impossible de dialoguer, mais temporiser en attendant les renforts serait tout à fait possible (Aragorn sait que Gandalf va revenir).

Personnellement j'aurais envoyé des archers à cheval harceler la colonne uruk. L'ennemi est bien gentiment en formation de marche et ferait une cible facile, avec peu de risques de riposte (fiabilité et portée des arbalètes sur une cible mobile et équipée d'arcs). Aucun risque de tous les détruire mais ça les ralentira si ils sont assez idiots pour entamer la poursuite ou, au pire, engager le combat.

Pour défendre le fort j'aurais moi aussi disposé les archers elfes sur le rempart mais j'aurais intervertit les Rohirrims et les autres Elfes. C'est-à-dire que les Elfes occupent le bastion et bénéficient d'un placement aventageux pour tirer et les hommes du Rohan peuvent aller renforcer les archers sur le rempart pour le tenir plus longtemps (je ne tiens pas compte du fait que Legolas n'arrive pas à tuer le porteur de la torche, car après ça tout est perdu quand le mur explose).



MINA TIRITH

Etrangement je trouve que cette bataille peut se jouer sur un pied d'égalité.
Tout d'abord battre le rappel dans tout le pays et concentrer les troupes au même endroit : mais en deux parties.
Une pour défendre le plus longtemps (et plus efficacement que dans le film) Osgiliath pour ralentir l'arrivée des Orcs mais battre en retraite dès que ceux-si ne sont plus rejetables au fleuve.

Pour défendre la Cité Blanche c'est plus déliat car nous ne savons pas que les renforts arrivent. En ce qui me concerne je défendrais à tout prix le premier rempart avec tous les archers et suffisemment de troupes pour les défendres eux et les trébuchets qui se concentreront en premier sur les tours et les catapultes puis sur Grond. Si la porte (barricadée pour l'occasion) tient bon l'ennemi se déversera beaucoup plus lentement dans la ville.
Si néanmoins l'ennemi perce le rempart, ce qui n'est pas à exclure à cause des Esprits servants et des catapultes qui le ravagent, le second niveau devra être un autre point d'arrêt, une limite que l'ennemi devra payer chèrement si il veut la passer. Les combats de rue sont toujours favorables aux défenseurs, avec des archers sur les toits, balcons et fenêtres et des formations compactes de lanciers.

La présence des trolls va évidemment compliquer tout cela, aussi la derière ligne de défense ne sera pas le troisième mais le quatrième niveau. En effet je pense que si les Orcs arrivent jusque là, incendier la partie inférieure de la ville peut se révéler payant pendant que la niveau marquant plus de la moitié des niveaux devra être théâtre de l'affrontement final (vu la masse ennemie c'est inutile d'attendre un happy end devant les portes de la salle du trône). Bref, pour ce dernier affrontement on envoie tout le monde au front, les troupes régulières (au fait, Faramir n'est jamais allé chevaucher à la mort), mais aussi les Gardes de la Citadelle et ceux de la Fontaine en soutien (et quel soutien !) et pourquoi pas les civils en état de se battre également.

Après Thoden arrive (ça fait plaisir). Rien à dire pour sa première charge mais après je ne serais pas allée charger les oliphants. Après tout jamais ces bestiaux ne pourraient rentrer dans la cité, et les gondoriens ont sérieusement besoin de renforts à l'intérieur des murs. Si on se débrouille bien on peut couper l'arrivée de renforts ennemis voire même l'expulser ou l'anéantir de nos rues et l'attendre bien au chaud.

Après les morts arrivent et c'est la victoire :thumbup:
Mais... oukilé Mulder ? Muuuuuldeeeer ?

Hors ligne Glorfindel

  • Conseil de modération
  • ******
  • Messages: 1686
    • Voir le profil
Re : Re : Le ''look'' et les vêtements dans SDA
« Réponse #102 le: 08 mars, 2006, 14:14:34 »
Loin de moi l'idée de charger sabre au clair, je suis trop mauvaise cavalière  :D, ou alors on charge au trot relevé :siffle:.

Mon style stratégique ? Hmmmmm, je ne saurais vous expliquer mais voici deux exemples qui j'espère vous aiderons.

GOUFFRE DE HELM

Un classique du "dernier bastion" qu'on défend à 1 contre 100 (voire plus...). Dans pareil cas l'idéal serait de tenir suffisemment longtemps, de forcer l'ennemi à négocier pour épargner ses troupes (comme dans Kingdom of Heaven).

Dans le cadre de Helm impossible de dialoguer, mais temporiser en attendant les renforts serait tout à fait possible (Aragorn sait que Gandalf va revenir).

Personnellement j'aurais envoyé des archers à cheval harceler la colonne uruk. L'ennemi est bien gentiment en formation de marche et ferait une cible facile, avec peu de risques de riposte (fiabilité et portée des arbalètes sur une cible mobile et équipée d'arcs). Aucun risque de tous les détruire mais ça les ralentira si ils sont assez idiots pour entamer la poursuite ou, au pire, engager le combat.

Pour défendre le fort j'aurais moi aussi disposé les archers elfes sur le rempart mais j'aurais intervertit les Rohirrims et les autres Elfes. C'est-à-dire que les Elfes occupent le bastion et bénéficient d'un placement aventageux pour tirer et les hommes du Rohan peuvent aller renforcer les archers sur le rempart pour le tenir plus longtemps (je ne tiens pas compte du fait que Legolas n'arrive pas à tuer le porteur de la torche, car après ça tout est perdu quand le mur explose).


C'est justement là que le bat blesse, tu n'as pas d'archer Elfe à Helm, tu a seulement des  cavaliers obligés de combattres à pied et des civils qui sont soient des soldats amateurs, donc par défaut des fantassins, soit des réfugiés. tu n'as ni artillerie lourde, ni snippers.
Te voilà donc obligé de combattre comme à Verdun en 1915. Imagine, ta seule option c'est de subir le carnage après un utltime baroud d'honneur. A moins de l'arrivée en force de la cavalerie et que pour une fois elle soit à l'heure et pas en retard.  :siffle:


MINA TIRITH

Etrangement je trouve que cette bataille peut se jouer sur un pied d'égalité.
Tout d'abord battre le rappel dans tout le pays et concentrer les troupes au même endroit : mais en deux parties.
Une pour défendre le plus longtemps (et plus efficacement que dans le film) Osgiliath pour ralentir l'arrivée des Orcs mais battre en retraite dès que ceux-si ne sont plus rejetables au fleuve.

Pour défendre la Cité Blanche c'est plus déliat car nous ne savons pas que les renforts arrivent. En ce qui me concerne je défendrais à tout prix le premier rempart avec tous les archers et suffisemment de troupes pour les défendres eux et les trébuchets qui se concentreront en premier sur les tours et les catapultes puis sur Grond. Si la porte (barricadée pour l'occasion) tient bon l'ennemi se déversera beaucoup plus lentement dans la ville.
Si néanmoins l'ennemi perce le rempart, ce qui n'est pas à exclure à cause des Esprits servants et des catapultes qui le ravagent, le second niveau devra être un autre point d'arrêt, une limite que l'ennemi devra payer chèrement si il veut la passer. Les combats de rue sont toujours favorables aux défenseurs, avec des archers sur les toits, balcons et fenêtres et des formations compactes de lanciers.

La présence des trolls va évidemment compliquer tout cela, aussi la derière ligne de défense ne sera pas le troisième mais le quatrième niveau. En effet je pense que si les Orcs arrivent jusque là, incendier la partie inférieure de la ville peut se révéler payant pendant que la niveau marquant plus de la moitié des niveaux devra être théâtre de l'affrontement final (vu la masse ennemie c'est inutile d'attendre un happy end devant les portes de la salle du trône). Bref, pour ce dernier affrontement on envoie tout le monde au front, les troupes régulières (au fait, Faramir n'est jamais allé chevaucher à la mort), mais aussi les Gardes de la Citadelle et ceux de la Fontaine en soutien (et quel soutien !) et pourquoi pas les civils en état de se battre également.

Après Thoden arrive (ça fait plaisir). Rien à dire pour sa première charge mais après je ne serais pas allée charger les oliphants. Après tout jamais ces bestiaux ne pourraient rentrer dans la cité, et les gondoriens ont sérieusement besoin de renforts à l'intérieur des murs. Si on se débrouille bien on peut couper l'arrivée de renforts ennemis voire même l'expulser ou l'anéantir de nos rues et l'attendre bien au chaud.

Après les morts arrivent et c'est la victoire :thumbup:

En fait, Osgiliath n'est pas réellement défendable à partir du moment où l'ennemi traverse en grand nombre sur des barges et des radeaux et surtout à partir du moment où il en a autant. C'est un peu comme vouloir endiguer le débarquement de normandie avec des troupes 3X moins nombreuses. Ici, ce qui complique, c'est que Faramior n'a pas les moyens ni matériels ni en hommes pour eviter de céder le terrain. Il n'a pas réellement d'armes pour couler autant de radeaux qu'il le faut et il n'a rien pour saboter efficacement et ralentir l'adversaire.

Pour ce qui est de Minas-Tirith, c'est Gandalf qui la mène et selon moi il fait ce qu'il y a de mieux à faire, il tien le rempart le plus longtemps possible pour permetrre un repli en ordre de la population civile puis des militaires Le terrain est donc cédé après avoir combattu pied à pied le plus longtemps possible et après avoir fait une retraite en ordre et dans "le calme".

Bien que désespérée, la charge des cavaliers de Rohan est stratégiquement excellente. Les troupes du roi sorcier sont prise entre le marteau et l'enclume. En plus le marteau a le champ libre pour frapper fort. Seul point noir, le nombre de cavalier bien inférieur aux besoins réels d'une telle charge. En outre, le roi Sorcier tient les Haradrim et leur Mûmakils en réserve. Mauvais Karma les boys.

Effectivement, c'est l'arrivée fortuite et inattendue des morts et des troupes de Dol Amroth qui sauvent la cause .

Enfin, tu oublies la Bataille des portes du Morannon un modèle de tentative de résistance. "Toute résistance est futile"  :siffle:

Les orques n'ont rien des Borgs mais ...  ;)
Modérateur des Forums

Hors ligne Glorfindel

  • Conseil de modération
  • ******
  • Messages: 1686
    • Voir le profil
Re : Re : Re : Re : Re : Re : Re : Le ''look'' et les vêtements dans SDA
« Réponse #103 le: 09 mars, 2006, 12:59:58 »
La Côte de maille protège mieux que l'armure de cuir, aussi bien que l'armure de plaque ( pas la Plate , mais le cuir recouvert de petites plaques), mais elle a le défaut d'être traversée par les flêches et  les carreaux d'arbalète. Même les nains, chez Tolkien, préfèrent la cote de maille bien forgée à la Plate de type tank.

J'en suis resté à la définition de Terry Pratchett : une cotte de mailles, c'est des trous reliés par du fer  :lol:


Oui, mais bien faite elle protège mieux que la carapace de tortue qui déplace sa maison sous pretexte qu'elle est plus solide. c'est pas idéal en plein combat  :siffle:

J'adore Tolkien et un certain nombre d'autres auteurs de Médièval fantastique, mais du côté armes et armures, je préfère le côté historique de la chose.

En fait, surtout côté "pratico-pratique". Nos chers chevaliers français se sont fait ramasser quelques fois à cause de leur grosses armures completes de style tank, justement parce que trop bien protégés. Et ça, il semble que les nains en aient généralement bénéficié dans la plus part des romans fantastiques. Les Elfes aussi bien souvent.

 :D
Modérateur des Forums

 

Discussions liées

  Titre / Démarré par Réponses Dernier message
4 Réponses
4711 Vues
Dernier message 03 mai, 2004, 22:39:45
par Celebrìan
3 Réponses
2584 Vues
Dernier message 21 mai, 2004, 20:22:52
par Linadriel
39 Réponses
15037 Vues
Dernier message 10 mai, 2017, 06:40:20
par EHD