Auteur Sujet: Le Conte de Turambar  (Lu 2348 fois)

Hors ligne Linadriel

  • Ex-conseiller
  • ****
  • Messages: 808
    • Voir le profil
Le Conte de Turambar
« le: 15 avril, 2004, 10:07:57 »
Post d'Ancalimë

J'aime énormément le Conte de Turambar, je ne sais pas pourquoi mais dès les premières lignes, sa profondeur et son tragique, m'ont touchés. Je ne pourrais dire combien de fois j'ai pleuré lors de la lecture de ce conte... Mais il a beau être très triste je le trouve des plus interressant, justement parce que c'est une tragédie et que dans le stragédies on retrouve les sentiments les plus purs des temps anciens, l'émotion même... J'aime beaucoup par exemple l'amitié Tùrin/Beleg, le dévouement de Beleg a l'égard de son compagnon d'arme est extraordinaire ! tout le monde devrait s'en inspirer... J'aime beaucoup tout le passage à Nargothrond aussi et le trio Gwindor/Finduilas/Tùrin ô combien triste et malheureux ! Une autre raison de ma grande attirance pour ce conte est que je trouve ont y retrouve tous les grands symboles du Beleriand à cet époque : Nirnaeth Arnoediad, Hùrin, Thingol et Doriath, Nargothrond, les Fils de Fëanor, Gondolin à travers l'évocation qu'en fait Hùrin, les grandes maisons des Hommes ( Bëor à travers l'évocation qu'en fait Morwen, la maison de Hador, donc Dor-Lomin et les autres grandes familles à travers les Hors la loi ou les Hommes du Brethil ) et enfin les Nains à travers le personnage de Mîm. Enfin, ce que je veux dire c'ets qu'on y trouve beaucoup, beaucoup de choses, que ce conte est en quelque sorte le coeur même du silmarillion. Enfin, voilà j'aimerais juste savoir ce que vous en pensez, quels sont vos passages et personnages préférés dans ce conte, etc...  



Mélian

Moi aussi j'aime bien ce passage, je l'ai lu dans les contes inachevés! A la fin c'est vraiment trop triste... Et ça met assez mal à l'aise quand on se lit que Turin a une histoire d'amour avec sa soeur amnésique qu'il n'a jamais vue...


Ancalimë

Beaucoup de passages dans le Conte mettent mal à l'aise, celui qui me fait le plus cet effet là c'est lorsque Gwindor agonisant dans les bras de Tùrin lui reproche amèrement son amour pour Finduilas et lui annonce que s'il manque à Finduilas, son destin ne le manquera pas ! Non, en effet, il ne l'a pas manqué... Gwindor aussi est vraiment un personnage interressant, très différent des autres Elfes je trouve...



Radagast the brown

Eh bien tu n'est pas la seule à avoir adoré ce conte. Je viens de terminer ce chapitre du Silmarillion, c'est effectivement dramatique, tragique mais si probable qu'on est obligatoirement touché par ce texte.
Je vais sûrement relire ce passage très bientôt  



Ancalimë


Voilà une très bonne idée !  Moi je commence à le connaître par coeur, rien qu'avec les trois versions du Silmarillion, des Contes Inachevés et des Contes Perdus...



Forfirith


Ce conte m'a tellement laissé mal à l'aise justement que je ne l'ai pas trop aimé...Il est un peu trop sombre à mon gout....  

 

Hors ligne Glorfindel

  • Conseil de modération
  • ******
  • Messages: 1686
    • Voir le profil
Le Conte de Turambar
« Réponse #1 le: 25 juin, 2004, 19:30:11 »
Citer
Ce conte m'a tellement laissé mal à l'aise justement que je ne l'ai pas trop aimé...Il est un peu trop sombre à mon gout....

Je suis d'accord avec toi Forfirith sur le fait que le conte de Turambar est sombre.

Je pense que justement grâce à ce conte, on peut voir à quel point Melkor Haït les Enfants d'Illuvatar.

Il s'acharne sur les enfants de Hurin et en particulier sur Turin car Hurin a décidé de se sacrifier et de sacrifier les Hommes de Dorlomin pour empêcher Morgoth Bauglir de décimer les Elfes et pour donner le temps à Fingolfin de battre en retraite à Nirnaeth Arnoediad, la Bataille des Larmes Inombrables.

Pour Melkor, l'équation devient alors très simple: "tu m'as contrarié, alors plutôt que de te tuer, je te fais voir comment je suis capable de pourrir la ve de ta famille avant de la détruire".

Je pense que j'aime, justement, ce passage car il montre toute la haine dont Morgoth est capable en même temps que tout le pouvoir et tout le mal qu'il peut utiliser pour se venger et pour arriver à ses fins.
Modérateur des Forums

Hors ligne Turin

  • Membre vétéran
  • ***
  • Messages: 451
    • Voir le profil
Le Conte de Turambar
« Réponse #2 le: 02 juillet, 2004, 17:05:53 »
Je partage totalement ton point de vue Glorfindel!
Dans ce laith on se rend vraiment compte de l'étendue des pouvoirs de Melkor et des conséquences dramatiques qu'ils entrainent. Parfois lorsque les choses s'arrangent (au début quand Turin est recueilli par Thingol ou quand Beleg retrouve Turin par la force de son amitié) on se dit que ça va durer et que malgré toute sa mauvaiseté Morgoth ne vaincra pas (c'est ce que je me suis dis lors de ma première lecture). Et pourtant à chaque fois on sent que la malédiction reviens à la charge et de nouveau c'est le drame ( :P ).  D'ailleurs au cours du conte la Malédiction va croissante: l'exil de Turin puis l'amnésie de Turin qui entraine la perte de Finfuilas, la perte de Morwen, de Nienor, et enfin l'amnésie de Nienor qui entraine sa liaison avec son frère (dans les grandes lignes!!!il y a aussi bien sûr la mort de Beleg, la mort de Brandir...) . C'est vraiment de pire en pire!! Et au final on comprend que la seule "solution" pour stopper la Malédiction de Melkor est que Turin et sa famille meurent (sauf Hurin bien sur: Melkor se garde bien de le tuer. Maintenant qu'il a détruit sa vie , il se réjouit du fait que Hurin va errer sans but jusqu'à la fin de ses jours la mort dans l'âme). Le véritable échappatoire se trouve dans la mort. C'est terrible et triste...et c'est pour cela que ce conte est l'un des plus beaux :rolleyes:  
"De grands vaisseaux et de grands rois
          Trois fois trois,
Qu'ont-ils apporté de la terre effondrée,
          Sur le flot de la mer?
Sept étoiles et sept pierres
          Et un arbre blanc."


Hors ligne Nimrodel

  • Ex-conseiller
  • ***
  • Messages: 359
    • Voir le profil
    • http://
Le Conte de Turambar
« Réponse #3 le: 18 août, 2004, 16:07:33 »
Moi j'aime énormément cette histoire c'esr surement comme il ai dit l'un des pires forfaits de Melkor.L'un des moments qui m'a le plus peinée est quand Turin revient à lui.Il est tout heureux de sa victoire et hâte de l'annoncer à sa femme...c'est horrible!! :unsure:  
statut: présente

Trois choses demeurent : la foi, l'espérance et l'amour, mais la plus grande d'entre elles, c'est l'amour.
1 Corinthiens 13 v.13.

Hors ligne Olofántur

  • Membre vétéran
  • ***
  • Messages: 375
    • Voir le profil
    • Tolkiendil
Le Conte de Turambar
« Réponse #4 le: 09 janvier, 2005, 16:27:24 »
Pour les anglophones, un site présente le Narn i Chîn Húrin "idéal" (c'est-à-dire aussi développé que celui des CLI, sans les trous) : c'est ici...

Très intéressant à lire  ^^ (et je précise que rien n'a été inventé, tout est de Tolkien)
'Twas in the Land of Willows that I heard th'unfathomed breath
Of the Horns of Ylmir calling - and shall hear them till my death.

(J.R.R. Tolkien)

Hors ligne Galadriel

  • Membre actif
  • **
  • Messages: 120
    • Voir le profil
    • http://ahoj.skyblog.com
Le Conte de Turambar
« Réponse #5 le: 19 janvier, 2005, 17:16:13 »
Je crois que c'est un des contes d'Arda qui m'ait le plus marqué pour l'instant (ai lu le SIlmarillion et le tome du premier age des contes et légendes Inachevés) la mort de Beleg est assez terrible, j'aurai ps supporter d'etre à la place de Turin et sa propre mort et celle de sa femme et soeur .....  :ouin:

C'est vrai que tout va de mal en pis, rien ne s'arrange, Turin cherche la tranquillité mais toujours le malheur vient à lui .....
A Dwidordene, en Lorien,
Rarement se sont posés des pieds d'Hommes,
Peu d'yeux mortels ont vu la lumiere,
Qui là règne toujours, durable et brillante.
Galadriel ! Galadriel !
Claire est l'eau de ta source;
Blanche est l'étoile dans ta blanche main :
Sans altération, sans tache sont la feuille et la  terre                                                                        
A Dwimordene, en Lorien,
Plus belle que les pensées des Hommes Mortels.

Hors ligne Morwen

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 49
    • Voir le profil
Le Conte de Turambar
« Réponse #6 le: 09 août, 2005, 20:45:55 »
Vraiment, quel beau comte !!! Le caractere de Turin n est pas des plus faciles, en partie c est lui qui entraine ses malheurs (comme la mort de Saeros ou de Beleg), il n est pas innocent ... Mais c est vrai que Morgoth s acharne egalement sur lui! Bref, en resume, c est une vie bien horrible que la sienne, mais il influence egalement sur celles de Nienor, Morwen, Mim, Beleg, Saeros, Gwindor, Finduilas, Brandir et meme sur le destin de Nargothrond !!! C est fou comme un seul individu, qui n etait meme pas un elfe, a influence sur toute l histoire d apres Nirnaeth Androediad.


J etais un peu decue de savoir que finalement il ne sera pas avec Finduilas, parce que je le voyais bien avec une elfe, comme son cousin, Tuor. C est vrai, quoi! Il le meritait. Et son union avec Nienor, n en parlons pas. :-((( Malgres ce que disait Gwindor (petit jaloux!), j etais sure que la princesse elfe et lui iraient tres tres bien ensemble !!! Bah, ca aurait fait la troisieme union entre elfes et humains! Et aurait un peu plus de sang elfique! (J ai un peu derive ...)
" Il est minuit! Otez vos masques! Otez vos masques! (Et la mort rouge les tenait en son pouvoir!)" - "Shining" (Stephen King)

Hors ligne Minas Tirith

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 14
    • Voir le profil
Le Conte de Turambar
« Réponse #7 le: 13 août, 2005, 12:00:59 »
Je dois avouer que la première fois que j'ai lu " Tùrin Turambar" dans le Silmarillion, j'ai détesté. C'était sombre et Tùrin qui se marie avec sa soeur et qui la mets enceinte... Quelle horreur!!!
Bon, oui, j'avoue, là pour le coup je suis très vieux jeu car j'étais choquée comme pas possible. Si c'était le but de Tolkien avec moi il a fait mouche.

J'appréhendais même de commencer la lecture de "La Geste des Enfants de Hùrin" dans Les contes et Légendes Inachevés (je n'ai pas lu les contes perdus) car je n'étais pas certaine de vouloir connaître plus de détails sur la vie de Tùrin.

Bien entendu, je l'ai lu  :P
Je trouve toujours ce conte aussi sombre et il me met mal à l'aise mais après réflexion c'est peut être celui qui me fait le plus réagir que ce soit vis à vis des personnages, des situations, du contexte... Il donne une idée précise de la vie des Elfes, des Hommes et même de quelques Nains à cet époque. Il démontre clairement à quel point Morgoth est malveillant et puissant!!!

Vis-à-vis de Tùrin, je n'arrive pas vraiment à éprouver de sympathie. On ne peut pas faire autrement que d'avoir pitié de lui car il a subit énormément d'épreuves et il n'avait pas un fond mauvais. Toutefois, je pense qu'il était fier et orgueilleux et que celà à permis à la malédiction de s'accomplir. Après tout, on a toujours le choix de ses actes (sauf quand un certain dragon passe par là bien sur).

Lorsque Beleg (que j'adore :D ) le retrouve parmis les hors-la-loi et lui explique que Thingol lui a pardonné et lui demande de revenir, c'est son orgueil qui lui interdit de faire demi-tour. Il tourne quand même le dos à son père nourricier pour une histoire de fierté.
De plus, il ne se rappelle même plus le nom de la jeune Elfe qui se promenait dans les bois de Doriath avec lui lorsqu'il était plus jeune et qui a témoigné pour lui. Pas sympa ça.

Outre le fait qu'il se permet également d'ignorer les conseils d'Ulmo à Nargothrond, excusez-moi du peu, c'est son comportement vis-à-vis d'Aerin qui me peine le plus. Lorsqu'elle lui indique que ses actes sont inconsidérés (il vient de tuer son mari) et il lui répond qu'elle est craintive de coeur... Autant lui dire qu'elle est lâche aussi!!!
Non mais c'est pas lui qui était mariée de force à un homme qui traitait sa famille et son peuple en esclave et malgrès tout elle faisait tout pour les aider. Il ne pouvait pas l'ignorer puisqu'elle les nourrissait en cachette lui et sa mère. Là, le Tùrin, je trouve qu'il a le jugement un peu défaillant!!!! Aerin devait avoir des envies de meurtre à l'encontre de son très cher et tendre époux à longueur de journée...

Vous avez du le remarquer, Aerin (avec Beleg et Nienor) sont les personnages que j'aime le plus dans ce conte. Je suis un peu dûre avec Tùrin car il a des circonstances plus qu'atténuantes mais ça m'énerve quand il est aussi ingrat envers Aerin, comme avec Thingol d'ailleurs.

Il est aussi orgueilleux que sa mère qui refuse de faire demi-tour et de retourner à Doriath, entrainant sa fille dans la malédiction.

Je me demande si Nienor aurait pu échapper à la malédiction car elle est restée avec sa mère par amour mais il semble que la sagesse primait sur la fierté chez elle...
 
Même la plus petite personne peut changer le cours de l'avenir