Auteur Sujet: Nen Hithoel  (Lu 1652 fois)

Hors ligne Eleglin

  • Conseil d'administration
  • ******
  • Messages: 3731
    • Voir le profil
    • Les Archives de Gondor
Nen Hithoel
« le: 27 janvier, 2007, 15:36:32 »
Après avoir passé les rapides de Sarn Gebir puis l'Argonath, les eaux ressérés de l'Anduin s'étalaient en un grand lac, Nen Hithoel (en anglais : 'the Misty Lake' soit 'le Lac Brumeux'). A l'extrémité sud de ce lac se dressaient trois cimes. Au centre se dressait un peu haut que les autres, le Tol Brandir, île au milieu des eaux. À sa gauche s'élevait l'Amon Llaw et à droite l'Amon Hen, respectivement les collines de l'Ouïe et de la Vue. À leurs pieds, l'Anduin se jettait dans les Chutes de Rauros.
A l'apogée du royaume de Gondor, les frontières au nord avait été repoussées jusqu'aux chutes de Rauros. On dit que sur la colline de l'Amon Hen se dressaient autrefois une ville et un grand temple près duquel furent édifiés les Piliers des Rois, l'Argonath.

  • Quel sentiment vous a inspiré ce lieu, lorsqu'on le découvre vers la fin du livre II ?
  • Que sait-on du passé de ces lieux, au temps où s'y dressaient une ville et un temple ?


Hors ligne Tar-Daererein

  • Membre suprême
  • *****
  • Messages: 1479
    • Voir le profil
Re : Nen Hithoel
« Réponse #1 le: 28 janvier, 2007, 15:16:21 »
Il est vrai que le calme que j'ai éprouvé dans le passage de Tol Brandir était déconcertant.
On sent une atmosphère lourde, empreinte du deuil de la décrépitude du Gondor. Ce lieu devient d'ailleurs l'emblème de cette décrépitude car c'est là que le fils de l'intendant trouve la mort.
Je pense que ce lieu a du être un théâtre d'une ville plus ou moins importante car on ne laisse pas au fait de sa puissance des monuments pareils sans surveillance, de plus quand ils sont "magiques".
Vive les Archives!

Personnage RP: Anflast
Couleur RP: #0000FF